4 raisons de se lancer dans une relation de mentorat

4 raisons de se lancer dans une relation de mentorat

Aujourd’hui je suis très heureux de recevoir Laïla pour cette Article invité ! Merci à elle de continuer la danse avec cette excellente lecture sur le mentorat.




Laïla Atrmouh est développeuse fullstack à Paris. Elle est co-organisatrice de la communauté Ladies of Code Paris. Vous pouvez suivre la communauté sur Twitter, Meetup ou leur site Internet.




Je dédie cet article aux apprenantes de Descodeuses. Merci pour cette expérience ! 



En commençant à travailler dans ce secteur, il y a bientôt 6 ans, j’ai pu trouver en chacun de mes managers des mentors formidables. En avançant dans le temps, j’ai commencé à moins sentir le besoin d’une relation de mentorat, mais je ne me sentais pas pour autant légitime à mentorer d’autres personnes.

Pendant le confinement, j’ai eu l’occasion de donner un coup de main à l’association Descodeuses qui forme des femmes au métier de développeuse web. L’association recherchait des mentors pour renforcer l’équipe et soutenir ses apprenantes.

Cette relation de mentorat m’a apporté tellement de choses que j’avais le goût d’en parler aujourd’hui et surtout d’encourager toute personne à s’essayer à une relation de mentorat.

Une relation de mentorat peut vous apporter bien plus de choses que vous ne le pensez !

Pourquoi devenir mentor ?



Surmonter doucement son syndrome de l’imposteur

Je n’osais pas me lancer dans le mentorat car je suis victime du syndrome de l’imposteur. Malgré mon nombre d’années d’expérience, il ne disparaît pas et m’a souvent mis des bâtons dans les roues. 

À ceux et celles qui seraient dans la même situation que moi : il ne faut pas attendre de se sentir experte pour mentorer car – spoiler alert: on ne connaît jamais tout dans le merveilleux monde du développement ! Il y a toujours quelque chose à apprendre.

Pour vous aider dans la légitimité à mentorer, vous pouvez proposer une relation de mentorat à quelqu’un de moins expérimenté que vous. Vous réaliserez que vous n’êtes plus la personne débutante que vous étiez il y a quelques années.





Je mentirais en disant que le mentorat m’a guéri du syndrome de l’imposteur. Mais me lancer dans une relation de mentorat m’a fait prendre conscience des freins que ce syndrome me mettait dans la vie.



Se motiver à affûter sa veille technique

Ma todolist de technos à essayer est si longue : découvrir l’architecture Serverless, voir les nouveautés de Vue 3, refaire mon blog… Avoir des mentorés m’a boosté dans ma veille : j’avais des personnes qui comptaient sur moi pour leur expliquer la techno en question, c’était ma carotte pour me motiver à avancer sur le sujet. 





Grandir techniquement et humainement

Coacher une personne débutante revient souvent à répondre à des questions et à décortiquer des concepts que l’on prend parfois pour acquis. Typiquement, en répondant à des questions CSS sur la différence sur les flexbox et les grids, j’ai été amenée à creuser un peu plus le sujet des grids que je n’avais encore jamais utilisés jusqu’à maintenant. 

En travaillant sur le side-project d’une mentorée, j’ai découvert le service PythonAnywhere qui permet d’héberger gratuitement une petite application Python. 

On pense souvent que la relation de mentorat est du mentor vers le mentoré, mais il s’agit en fait d’une relation bidirectionnelle ! 





Contribuer à la communauté

Une des choses qui me passionne dans le monde du développement est la notion de partage. C’est impressionnant à quel point on peut trouver toutes les ressources dont on a besoin sur les Internets : que ce soit par Stackoverflow ou des talks, je suis toujours impressionnée par la générosité des créateurs de contenu sur les Internets. La communauté est aussi primordiale dans la survie des projets open-source. 

J’aime penser qu’il est important de rendre la pareille et qu’on a tous un rôle à jouer, quel que soit notre niveau d’expérience tant qu’on a la motivation. Cette contribution peut se faire via un contenu, un talk mais aider un autre dev dans le besoin est une manière d’entretenir ce cercle vertueux. Ce dev va peut-être contribuer à un projet open source ou aider une autre personne ?





Comme vous l’aurez compris, jouer le rôle de mentor alors que je ne m’en sentais pas légitime m’a beaucoup apporté!

Je ne m’attendais pas à en tirer autant de bénéfices et j’encourage vraiment tout le monde à se lancer. 

Je finis cet article avec quelques ressources pour les personnes que j’aurais pu convaincre à se lancer dans une relation de mentorat. 



Être un bon mentor

Les pré-requis selon moi pour une relation saine de mentorat sont les suivants :



  • Avoir envie de mentorer, d’aider l’autre à grandir

Le fit avec l’autre personne doit être bon, sinon rien de bon ne sortira de cette relation.



  • Éviter une approche paternaliste ou condescendante 

Dans une relation de mentorat, on peut vite être tenté d’avoir une approche “comme à l’école”. Lorsqu’on mentore un autre adulte, cette approche peut être mal prise par l’autre. La section “Maximiser la qualité de ton aide” de la Node School Paris donne plein d’astuces pour éviter ça.

Je vous invite aussi à regarder cet excellent talk de Meriam Lachkar afin de savoir quelles sont les qualités d’un bon mentor. 



Trouver son mentoré

  • Vous pouvez vous inscrire en tant que mentor sur le site https://codingcoach.io/ (Il y a beaucoup de mentees anglophones)
  • Les communautés Meetup proposent parfois des programmes de mentorat 
    • C’est le cas des communautés de développeuses Duchess France et Ladies of Code Paris, mais aussi Paris.rb.

Qui me parle ?

Laïla
Laïla Atrmouh est développeuse fullstack à Paris. Elle est co-organisatrice de la communauté Ladies of Code Paris. Vous pouvez suivre la communauté sur Twitter, Meetup ou leur site Internet

1 commentaire sur “4 raisons de se lancer dans une relation de mentorat”

  1. Je ne suis pas un dev. J’ai quand même croisé ces deux très intéressantes ressources dans les derniers mois, les deux pouvant pas mal se généraliser (“mais” c’est en anglais):
    https://nedbatchelder.com/blog/202009/how_to_be_helpful_online.html <- porte très bien son titre 🙂
    https://www.youtube.com/watch?v=nWZxthZOf1s <- vidéo sensible d'une co-créatrice d'exercism (site de mise en relation apprenant/mentor)

    (au passage, grand merci à Mehdi pour ce blog, et pour l'ouvrir à d'autres aussi)

T'en penses quoi ?

Your email address will not be published. Required fields are marked *