Les développeur(euse)s nomades

En dehors du titre, le générique masculin est utilisé sans aucune discrimination et uniquement dans le but d'alléger le texte.

Excursion avec les développeur(euse)s nomades

Les développeurs nomades font rêver tout le monde. Je trouve géniale cette idée de se barrer dans le monde entier en codant full remote. Des aventuriers des temps modernes qui ont décidé de faire un énorme doigt d’honneur à l’infernal métro/boulot/dodo. C’est limite énervant de voir leur photo sur la plage, IDE ouvert sur du code. Mais bon, derrière la carte postale, c’est comment développeur nomade ? Et surtout, est-ce que c’est fait pour toi ?



Préparation

Si je te parle de ça aujourd’hui c’est parce que ton métier de développeur se prête PARFAITEMENT au mode de vie nomade. Ton métier est même le plus populaire dans cette catégorie. Obligé on en parle ! C’est un choix de vie que tu pourrais faire dans le futur. Tu as déjà les compétences. Tu pourrais déjà être payé en faisant le tour du monde.



développeurs nomades


D’abord, mettons-nous d’accord sur les termes. Les développeurs nomades sont des nomades digitaux. Ils se font payer pour du développement logiciel en full remote. Un digital nomade c’est quelqu’un qui passe la majeure partie de l’année à l’étranger. En général il squatte les coins qui sont pas chers, avec du soleil, et une bonne connexion internet. Il change de coin quand bon lui semble plus ou moins fréquemment.

Et si je te dis “plus ou moins”, c’est parce qu’il n’y a pas de règle en fait. Certains partent en mode furie à bouger toutes les semaines, d’autres se posent pendant des mois -voir des années- au même endroit. Également, tous les développeurs nomades sont loin d’avoir le même profil.



Passage à la douane

La majorité est freelance. Freelance, tu connais, ça bosse pour différentes entreprises sur des missions dev éphémères en remote. Ensuite, il y a les “makers”. Ce sont en fait des auto entrepreneurs qui vendent leur propre produit sur les Internet et qui vivent de ça. Enfin, le dernier type de nomade est plus étonnant.

Des salariés en poste dans une entreprise. De plus en plus d’entreprises autorisent leurs salariés à faire du full remote. D’abord lors d’essai d’un an, puis carrément en créant des postes full remote.

Les milléniaux, étant pas mal centrés sur Internet, sont facilement intéressés par ce genre de poste. La génération actuelle (gen z) est née avec internet. Eux, par contre, deviennent complètement tarés quand une opportunité comme ça apparaît. Ils se jettent en mode saut de l’ange, tête la première, sur ce genre de poste. Ils sont très intenses.



développeurs nomades


Maintenant qu’on s’est bien préparé, il est temps de suivre tous ces gens dans leur quotidien. Tout le monde est bien équipé ? OK c’est parti !



Décollage

On l’a tous senti au décollage, une incroyable poussée de liberté. S’il y’a vraiment quelque chose qui différencie les développeurs nomades de tous les autres, c’est bien ça. Avant de choisir l’avion, nos guides ont checker Nomad List et ont décidé de notre prochaine destination. Pendant que tu subis ton trajet de métro tous les jours, eux ils découvrent le monde entier. Difficile de faire plus libre que ça. Pourtant, on fait le même boulot.

On est donc bien arrivé en Thaïlande, et après installation, les développeurs nomades cherchent un endroit pour bosser via Workfrom. Si tu les cherches, tu les verras tous dans des cafés et autres espaces de coworking. Oui parce que bosser sur la plage, en vrai, c’est juste pour taper la pose sur la photo Instagram.



instagram


Comme tous les développeurs, le développeur nomade a une deadline. Et même si cette deadline existe, l’agenda pour la tenir est libre. Exit ton 9 à 5 religieux, les développeurs nomades gèrent leur temps comme bon leur semble. Et ça aussi, c’est une preuve insolente de liberté. Mais il y a encore mieux que ça.

Les nomades digitaux vivent des choses et font des rencontres qui sont inaccessibles sans ce mode de vie. C’est peut-être la chose qui revient le plus quand tu lis leurs nombreux témoignages. Une expérience de vie. Une immersion dans différentes cultures et la possibilité de faire autant de rencontres locales qu’avec d’autres nomades digitaux. D’après ce que j’ai lu, les soirées entre nomades digitaux semblent être wild. Et je trouve ça de toute beauté.

Et quand c’est aussi beau, il y a toujours des trucs planqués. Accroche-toi à ton siège, on approche une zone de turbulence.



Atterrissage forcé

Ce choix de vie est un virage radical. Il va vite t’amener des challenges venus droit des enfers. Le plus gros problème avec autant de liberté, c’est que justement, tu es presque trop libre. Quand tu as autant de soleil et de cocktails pas chers, ta productivité peut vite prendre une grande claque dans la gueule. Y’a personne pour te surveiller. Encore moins pour t’aider. Si tu n’as pas une grosse dose d’autodiscipline, tu vas piquer du nez et te crasher à grande vitesse.

Ensuite, excluant ceux en contrat entreprise, tu n’as aucun revenu garanti en tant que freelance. Cette situation, c’est déjà une source stress quand tu es bien au chaud en France. Alors à l’autre bout du monde, ça calme encore plus. Si tout d’un coup tes clients décident de ne plus bosser avec toi, t’as intérêt d’avoir prévu le coup. Sinon ça va être chaud d’être en Thaïlande finalement. Et pas à cause du soleil.



développeurs nomades


Les développeurs nomades sont pas teubés et ont bien compris cette réalité. Du coup, pour absolument éviter cet enfer, ils travaillent énormément. Et ça peut vite devenir un truc de maboules. Tu vois plus la différence entre la semaine et le WE quand tu pars sur du 70H+. Tout d’un coup, le 9-5 horriblement chiant en France semble être le paradis.

Enfin, la contrepartie de voyager et de faire de superbes rencontres c’est que, tôt au tard, le mal du pays s’installe. Tu vois tes amis et ta famille se réunir sur Facebook. Tu commences à rater des anniversaires et des naissances. Je le sais d’autant plus qu’en tant que développeur expatrié au Canada, c’est déjà mon cas. Mais si en plus tu recommences de zéro tous les mois dans un nouveau pays, ça doit être intense.



Improvise, adapt, overcome

Heureusement, il n’y a pas de problèmes sans solutions. Il y a un trait de caractère que partagent tous les nomades. Une capacité d’adaptation bien au-dessus de la moyenne. Pour en savoir plus sur ce sujet en particulier, il n’y a rien de mieux que le vécu. Du coup, j’ai posé la question directement à l’un d’entre eux.



Salut Mike ! En tant que développeur nomade c’est quoi tes plus gros problèmes et comment tu les surmontes ?

Mike Codeur


Mike est un développeur nomade avec une chaîne YouTube, un blog et même un compte Twitter. Je suis abonné à sa chaîne YouTube depuis longtemps et je te la conseille fortement ! Merci Mike d’avoir répondu à ma question dans cette super vidéo !



Maintenant qu’on a répondu à énormément de questions sur ce mode de vie, il est temps qu’on réponde à la question la plus importante.



C’est fait pour toi ?

Devenir nomade digital de plus en plus de monde le fait. Dans ces conditions, la question n’est pas si tu peux, mais si tu devrais. Une chose est sûre : t’es pas tout seul à te poser la question. Ce mode de vie est en expansion et devrait continuer son expansion dans les années à venir.

Juste si on parle des nomades digitaux originaires des États-Unis, c’est 7.3 millions de personnes. 2.5 millions de plus que l’année d’avant. L’étude complète explique que c’est 41 millions d’Américains qui veulent franchir le pas dans les années qui viennent. Apparemment, tout le monde est chaud, en particulier la nouvelle génération.



digital nomad


Si tu te dis que c’est forcément réservé aux célibataires sans attaches, c’est faux. Tu peux passer voir le super blog de Novo monde, un attachant couple de nomades aujourd’hui de retour en Suisse. Sinon t’as carrément des familles entières qui font la même chose. Alors évidemment que c’est plus simple quand t’as 20 ans et aucune responsabilité. Mais c’est pas une obligation.

Du coup, tout le monde s’y met et tout le monde peut s’y mettre. Mais comment tu sais si c’est vraiment pour toi ? Pour t’aider concrètement sur cette cette question j’ai pas le choix que de demander directement aux premiers concernés.



Salut Maxence ! Tu as des conseils à donner pour les personnes qui souhaitent switcher sur ce style de vie ?

Maxence Poutord

Préparer le départ

J’ai passé deux ans en tant qu’expat à Dublin (Irlande). C’était une chouette expérience. Mais une série d’évènements plus ou moins liés m’ont incité à quitter le pays de la Guinness pour voyager à temps plein. Par contre, je venais de changer de boite et je m’y plaisais vraiment. Je n’avais pas vraiment envie de les quitter. Je savais qu’ils étaient plutôt ouverts sur le télétravail. J’en avais déjà fait quelques fois avec eux et ça s’était très bien passé. 

Je leur ai donc posé la question suivante : “Je compte partir de Dublin mais je ne souhaite pas vous quitter. Je souhaiterais passer en télétravail à 100%. Si l’idée vous fait peur, on se donne un mois ou deux, on voit comment ça se passe. On fera des points réguliers. Si un truc ne va pas, on fait machine arrière et je reviens travailler à Dublin”

Donc si toi aussi tu veux, franchir le pas, je te conseille de faire comme moi. Mettre toutes chances de son côté. Mon employeur avait peu de chances de refuser ce deal car je lui offrais même, sur un plateau, une solution de repli. Le lendemain, j’avais une réponse positive. Ils m’ont demandé où je souhaitais aller (sous-entendu en France), et je leur ai dit “je n’en savais rien”. Et c’était vrai !

L’envol

Pour choisir une destination, je te conseille NomadList, les forums Reddit, les blogs, Instagram… non je déconne. Surtout pas Instagram ! 

Si le télétravail c’est complètement nouveau pour toi, je te conseille de prendre ta première destination en Europe. Je m’étais engagé auprès de mon employeur à rester en Europe. Ça enlève tous les problèmes de fuseau horaire.  

J’ai donc choisi Lisbonne. C’était vraiment cool. En plus il y a communauté très active. C’est important ça, car l’isolement, c’est la principale raison pour laquelle les nomades quittent ce style de vie. Si tu veux faire le switch, attends-toi à passer des moments seul. 

Après 3 mois, mon boss a vu que ça se passait très bien. J’ai demandé si on pouvait étendre un peu la time zone. Il m’a demandé à quoi je pensais, ce à quoi j’ai répondu l’Asie. Il m’a répondu “fucker!” (Je crois que ça veut dire oui en anglais). Et je suis parti à Bali puis en Thaïlande.

Allo Houston, est-ce que vous me recevez?

Je suppose que ce n’est pas une grosse surprise pour toi, mais Instagram, ce n’est pas la vraie vie. Les réseaux sociaux véhiculent une image à la fois idéaliste et simpliste des Digital Nomads. N’espère pas une seule seconde bosser les fesses sur un transat, le MacBook sur les jambes et les pieds dans le sable chaud. Ça ne marche pas ! 

Après tout est une histoire de communication et d’organisation.

Communication parce qu’il te faudra être complètement transparent sur ce que tu fais et ce que tu comptes faire demain quand il sera 3h du matin pour tes collègues. Certains penseront que tu passes tes journées sur la plage. Donc on évite les photos paradisiaques sur le slack d’équipe.

Organisation car s’il te manque une information/que la prod est HS, tu dois pouvoir avoir un plan B sur lequel travailler en attendant que tes collègues se connectent.

Si tu veux en savoir plus sur le sujet, j’ai écrit cet article ou je démystifie quelques idées reçues sur ce mode de vie.

On récapitule:

  1. Prépare le terrain. Fais un peu de télétravail par-ci, par-là. Ça te permettra de voir si ça te va à toi et aussi de montrer à ton chef qu’il peut te faire confiance. 
  2. Pose la question et apporte des arguments en ta faveur. 
  3. Trouve une destination pas trop loin pour commencer et avec une communauté déjà existante. Si tu commences par un switch total au milieu de la pampa, à 12h de décalage avec tes collègues, une culture complètement différente de la nôtre, sans autres nomades, avec un Wi-Fi tout pété… ça risque d’être vraiment hardcore ! 
  4. Une fois que tu es confortable et que ton employeur te fait confiance, vois avec lui pour étendre la timezone. 
  5. Profite !

Tu peux retrouver Maxence sur son twitter ou son site personnel ou tu trouveras en plus un blog technique super intéressant ! Merci beaucoup Maxence d’avoir pris le temps de répondre à ma question !



Épilogue

En tant que développeur tu as cette chance folle d’avoir un métier taillé pour ce mode de vie. Qui ne rêve pas de faire le tour du monde ? Si en plus tu peux le financer au fur et mesure, c’est incroyable. Il parait qu’on sera tous nomades d’ici 2030. Du coup ? Tu décolles quand ?

Qui me parle ?

jesuisundev
Je suis un dev. En ce moment je suis Backend Développeur / DevOps à Montréal. Le dev est l'une de mes passions et j'écris comme je parle. Je continue à te parler quotidiennement sur mon Twitter. Tu peux m'insulter à cet e-mail ou le faire directement dans les commentaires juste en dessous. Y'a même une newsletter !

Commentaire(s)

  1. Je n’étais pas à proprement parler “nomade” car j’étais freelance travaillant chez le client, dans divers pays étrangers, pendant 10 ans.
    Il y a plein de questions soulevées par le sujet mais je vais revenir sur une que tu as évoquée brièvement : quand tu vis tout loin tout là-bas, la vie continue ici pour les gens que tu considères comme des amis, des potes, etc. Et même si tu gardes le contact via internet, ils ne te voient pas en chair et en os, donc inconsciemment tu deviens un peu comme un chatbot pour eux. Et leur vie avance et les liens se distendent.
    Histoire de te donner une formule mathémagique sortie de mon c…hapeau, j’estime que quand t’es à l’étranger, tu perds la moitié de tes potes d’ici tous les 2 ans.

  2. Mouais. Le terme “Digital Nomad” c’est le nouveau buzzword pour faire sa pub j’ai l’impression. Y’a qu’a regarder le nombre de chaine youtube qui parle de ça juste pour te vendre un super guide payant de developpeur ou autre.
    Pour moi, quand tu vis depuis plusieurs années dans un même pays, tu n’es pas nomade, t’es juste un expat qui bosse en remote en fait.
    Mais cool que tu ais proposé à Maxence de répondre, son blog est top. 🙂

    1. Merci Sowl 😊
      Et oui malheureusement, il y a beaucoup de pseudo-gurus dans les communautes nomades qui surfent sur le concept pour vendre des formations au contenu discutable. Apres il y a aussi des gens tres sympas 🙂

  3. Toujours autant de bullshit ici dans les articles !
    Ce ne sont pas des nomades, ce sont des esclaves du mondialisme, ce n’est pas la même chose.

  4. Et toi Mehdi, revenir vivre sur Lyon, tu l’envisages?
    Je n’est pas du tout le même parcours que vous autres mais j’espère qu’avec la motivation que j’ai, je deviendrais développeuse avec l’école O’clock et pourquoi pas un parcours avec IPI, et si j’y arrive, j’irais faire ma vie au Québec avec conjoint et enfant!

  5. Bonjour,

    je viens de découvrir ton article suite à la petite mention faite à notre blog Famille Nomade Digitale. 🙂
    Effectivement, on peut être digital nomad en famille, ce qui est notre cas depuis 7 ans.

    Comme le dit plus haut l’un de tes lecteurs, de nombreuses personnes surfent sur le terme « digital nomad » par effet de mode. Sans réellement l’être et parfois même sans en connaitre concrètement la signification, simplement pour vendre leurs formations ou les incroyables avantages de leur « fabuleuse compagnie de voyage » … 😉
    Le mot « nomade » et toute la logistique que cela implique n’a aucun sens quand tu vis dans un pays 10 ou 12 mois sur 12.
    Que tu as conservé un logement fixe et les charges qui vont avec.
    Effectivement, tu bosses en remote de chez toi.

    Bref, je vois beaucoup de blogs et de chaînes Youtube décrire et vendre ce style de vie en ne montrant que le côté vacances au soleil (de préférence à Bali ou en Thaïlande)
    D’ailleurs, je remarque que ses mêmes personnes voyagent uniquement dans les destinations d’Asie du sud Est à bas coûts .
    Alors qu’en ayant de bons revenus, tu peux aussi vivre 1, 2 ou 3 mois au Japon, Hawaii, Canada sans faire péter ton PEL. 🙂 ( notre cas en 2019)
    Ou vivre en Europe.
    L’Espagne, la Bulgarie, la Hongrie, la Croatie la Grèce, le Portugal sont des destinations parfaitement adaptées au style de vie d’un DN.

    Ce qui m’agace c’est la mauvaise information sur ce mode de vie et le dégoût que certains risque de ressentir après l’échec de leur vie de nomade digital.

    Alors que c’est une expérience de vie incroyable qui vaut la peine d’être vécue à fond et en ayant les bonnes cartes en main.
    En connaissant les avantages et les inconvénients.
    Et SURTOUT en ayant une activité qui génère des revenus constants pour avoir le choix de vivre où l’on veut pour la durée que l’on souhaite.
    Ne dépendre d’aucun lieu de vie pour travailler, voyager au gré de nos envies, c’est la plus belle chose qui me soit arrivée dans ma vie. (après mon fils et mon mari bien sûr😊)
    Et j’espère pouvoir vivre ainsi le plus longtemps possible.

T'en penses quoi ?

Your email address will not be published. Required fields are marked *